Cette start-up transforme les immeubles de bureaux en lieux ouverts sur leur quartier

26/05/2020

lecture 4 min

Pour un propriétaire, bien concevoir la programmation de ses immeubles et les services disponibles pour proposer une offre à même de séduire le marché peut se révéler un vrai casse-tête. Un défi que relève Hiptown à Marseille, et qui devrait faire école ailleurs en France.

Comment exploiter au mieux des espaces inutilisés au sein d’un immeuble ? Un rez-de-chaussé délaissé, un plateaux de bureaux inoccupés, un rooftop qui ne demande qu’à s’animer…

Pour tenter de résoudre l’équation, Matthieu Sorin a fait un constat simple. Ancien pionnier du co-working, il a voulu proposer une offre complémentaire aux bureaux partagés, qui soit plus légère à mettre en place, plus souple, et qui puisse toucher l’ensemble du marché tertiaire.  L’idée simple d’Hiptown est de réveiller ses espaces avec une offre multi-service : restauration, accueil, conciergerie, création d’un business center, d’un espace fitness ou animation d’une salle de réunion… Hiptown chapeaute l’ensemble des services d’un immeuble tertiaire restructuré, apportant cohérence pour le propriétaires et facilité d’accès pour l’utilisateur

C’est ainsi qu’il a créé Hiptown avec Ludovic Célérier et Xavier Thomas, qui propose d’apporter notamment les atouts des espaces de coworking, dans des immeubles tertiaires ordinaires. Pour ses clients gestionnaires d’actifs, que des bénéfices : le taux d’occupation ne faiblit pas, les espaces, du pied de l’immeuble au rooftop, bénéficient d’une batterie de services à même de répondre aux besoins de tous les collaborateurs, et les revenus générés sont partagés.

Gestion des espaces partagés, accueil des clients, restauration interne ou ouverte sur son quartier, afterwork, conciergerie, pour donner de la vie à des bureaux classiques, les équipes de Hiptown s’occupent de tout. « Nos clients viennent nous voir avec une problématique de programmation, d’animation de leurs locaux, de valorisation d’espaces inutilisés et de flexibilité immobilière. Des immeubles manquent d’attractivité ? Des utilisateurs sont insatisfaits du service clients ?? Une entreprise en croissance a dû déménager par manque de place ? Nous leur apportons des réponses simples mais concrètes, explique-t-il. Nous nous occupons d’animer les lieux, d’organiser des évènements, d’aménager des bureaux sur-mesure, d’être au service de l’utilisateur, et facturons tout à la consommation par l’intermédiaire de notre solution digitale. Les propriétaires limitent leur risque d’exploitation, et sont rémunérés aux success-fees ».

Des espaces de bureaux conçus en 4 étapes

« La première brique de notre offre répond à des besoins assez ‘primaires’, autour de la restauration en entreprise, détaille Matthieu Sorin. Les bâtiments que nous opérons, entre 3.000 et 7.000 mètres carrés sont trop grands pour n’avoir qu’une simple cafétaria, mais souvent trop petits pour bénéficier d’une vraie offre de restauration. Ce que nous proposons, c’est une zone de restauration au pied de l’immeuble 7j/7, reprenant les codes du commerce, ouverte à tout le quartier même en dehors des horaires de bureau », et régulièrement confiée à des restaurateurs locaux. Bref, une vraie offre de restauration, pour les occupants de l’immeuble comme pour le voisinage. Une façon de mutualiser les usagers, d’où qu’ils viennent, mais aussi les espaces. « Notre modèle est novateur, puisque nous générons des revenus externes sur des espaces peu rentables à la base, et utilisons l’immeuble comme un véritable fonds de commerce », détaille-t-il.

Le deuxième service, répond directement au besoin de flexibilité immobilière des propriétaires. « Nous sommes preneur à bail : nous louons les espaces innocupés, nous les opérons de manière totalement neutre, et nous les proposons ensuite à des entreprises qui souhaitent avoir des bureaux flexibles, en contrat de prestations de services, explique-t-on chez Hiptown. De la start-up de deux personnes à une entreprise qui doit accueillir du jour au lendemain une dizaine de consultants, des commissaires aux comptes, etc ». 500 mètres carrés de bureaux vides peuvent facilement se transformer en espaces de coworking attirant des indépendants et les start-ups du quartier, avec à la clef un loyer au mètres carré équivalent ou supérieur au reste de l’immeuble. Et c’est ainsi que cet immeuble haussmanien en plein cœur de Marseille (le 2ème Hiptown) se retrouve avec 800 mètres carrés de bureaux tout confort, un vrai lieu de vie.

3ème usage : l’hospitality management et la mise à disposition de services à la personne, facilitateurs du quotidien. Pour économiser le coût traditionnel de la fonction d’accueil, Hiptown mutualise ses hôtes et hôtesses avec les personnes d’accueil de la restauration. À l’entrée de l’immeuble, le visiteur « s’auto-enregistre » et reçoit un badge électronique le tout facilité par le digital (auto-enregistrement des visiteurs, badges éléctroniques…). Chaque immeuble est géré par un « site manager » qui assure le lien entre la vie du bureau et celle du quartier (after-work, bons plans de sortie…)

Enfin le 4ème usage, parce qu’une vie au travail passe aussi par l’épanouissement et la convivialité, Hiptown organise et gère des évènements pour les utilisateurs. De la réunion d’entreprises à l’afterwork, les équipes d’Hiptown fédèrent les utilisateurs et participent à l’ambiance pour que les utilisateurs vivent une expérience plus riche et moins stressante sur leurs lieux de travail.

« Nous sommes convaincus qu’en rendant les gens plus heureux, c’est tout l’environnement de travail qui en sort gagnant. Et in fine, c’est l’actif immobilier qui est valorisé », conclut le co-fondateur. C’est cette optimisation de l’actif qu’il met en avant : « avec la crise du Covid-19, tout le monde se rend bien compte qu’avoir un bail classique n’a aucun sens. Avec Hiptown vous pouvez ajuster vos espaces à la hausse, à la baisse, suspendre, etc. Pour les grands groupes qui sont moins habitués, cette flexibilité en temps de crise est un argument. On le voit bien aujourd’hui, c’est un modèle particulièrement résilient où le risque est partagé entre le propriétaire, Hiptown et le client ».