Olivier Villeneuve : « Les bureaux vont basculer dans l’ère du service à la personne »

20/07/2020

Aménagement d’espaces, animation des bureaux, services de conciergerie d’entreprise… Week’in apporte aux propriétaires d’immeubles tertiaires la couche de services aujourd’hui tant recherchée.

conciergerie d'entreprise weekin' © Copyright Weekin

lecture 5 min

« Une expérience de travail augmenté », telle est la promesse de Week’in, l’offre d’accueil de Service Personnel, dirigé par Olivier Villeneuve et dont Nexity est actionnaire majoritaire. Aménagement d’espaces, animation des bureaux, services de conciergerie d’entreprise… Week’in apporte aux propriétaires d’immeubles tertiaires la couche de services aujourd’hui tant recherchée.


En offrant une palette de services aux occupants d’un immeuble de bureaux, Week’in permet aux propriétaires de maintenir l’attractivité d’un actif. Accueil intelligent, service de conciergerie d’entreprise, aménagement d’espaces, animation, organisation d’événements : Week’in transforme les usages pour rendre l’entreprise plus attractive et améliorer ses espaces. Olivier Villeneuve, détaille comment son offre apporte du lien social dans l’entreprise et fidélise les occupants.

Les services à la personne, c’est le « cœur de réacteur » de l’offre de Week’in ?

Olivier Villeneuve : Aujourd’hui le cœur notre offre, ce sont les services de conciergerie d’entreprise, d’animation, de création d’une communauté, d’animation d’ateliers, de conférences, de séances bien être… Tout un ensemble de services qui ont la côte, et qui sont demandés par les salariés. Avoir la possibilité d’animer tous les lieux – espaces café, etc. – où se crée le lien, c’est stratégique pour une entreprise. La situation du Covid nous force à nous interroger, mais le constat c’est que même si le télétravail va s’amplifier, ce qui va rester dans les bureaux, c’est la productivité collective. On aura besoin plus que jamais que les collaborateurs se retrouvent dans un lieu, s’y sentent bien, que l’esprit d’équipe prenne corps autour d’un café, etc. WEEK’IN contribue au « mieux-vivre » au sein d’un immeuble, en y apportant des services du quotidien. Et ainsi faciliter et encourager le juste équilibre entre vie personnelle et professionnelle.

Nos services font gagner entre une demi-heure et trois quarts d’heure par semaine à leurs utilisateurs, et réduisent le micro-absentéisme

Quelle est la problématique des propriétaires d’immeubles qui font appel aux services de Week’in ?

Olivier Villeneuve : Les propriétaires sont dans une dynamique de valorisation de leurs biens, dans un contexte où les bureaux évoluent, avec les codes du nomadisme, du coworking, de l’hôtellerie… Plus que jamais les salariés veulent se sentir bien au bureau, et les propriétaires doivent répondre à cet enjeu au moment où ils commercialisent l’un de leurs actifs. WEEK’IN donne ou redonne vie aussi à des espaces qui sont souvent inexploités. Valoriser un actif, c’est lui donner une âme forte et vivante. La promesse Week’in c’est proposer une nouvelle expérience utilisateurs au sein de ces m2 !

C’est un service qui s’adresse à quels types d’actifs ?

Olivier Villeneuve : Aujourd’hui, la plupart des nouveaux immeubles de plus de 10.000 mètres carrés intègre des services d’accueil intelligent. Mais il y a encore beaucoup d’immeubles existants ou de tailles plus modestes à qui notre offre s’adresse directement.

Pour le propriétaire, qu’apportent vos services ?

Olivier Villeneuve : En mettant en avant une couche servicielle au sein de ses bureaux, les propriétaires répondent aussi aux demandes de leurs futurs locataires. Dans le cadre de sa marque employeur, une entreprise recherche en effet à apporter à ses collaborateurs des solutions de conciliation vie privée, vie professionnelle, à les fidéliser. Les services proposés par WEEK’IN répondent à ses enjeux.

« Installer un accueil Week’in coûte au propriétaire moins d’un euro par jour »

Concrètement, qu’est-ce que la panoplie de services de Week’in apporte ?

Olivier Villeneuve : Aujourd’hui le constat que font les propriétaires, c’est qu’avoir un bel immeuble au bon endroit, n’est pas suffisant pour attirer des locataires. Ils ont bien compris l’importance de l’apport des services pour rendre vie à des immeubles parfois un peu ‘glacés’. Il m’arrive de visiter des bureaux où je me dis : ‘l’immeuble est superbe, mais il n’y a pas de vie’, on s’y sent un peu paralysé. Alors qu’il y a toute une dynamique mise en place, notamment par les espaces de coworking, où l’on sent vraiment que les gens partagent des moments. Ça bouge, ça vit, les salariés participent à des conférences, vont à la salle de sport, prennent un café ensemble. Avec Week’in, c’est cela que les propriétaires de bureaux cherchent à reproduire. Concrètement Week’in apporte un service de community management, organise des évènements plusieurs fois par mois, gère un service de conciergerie d’entreprise (dépôt de pressing, colis, cordonnerie, couture, commande de fruits et légumes, recherche de service à domicile, lavage auto …).

Pour le propriétaire, cela correspond à un investissement conséquent ?

Olivier Villeneuve : Installer un accueil Week’in coûte au propriétaire moins d’un euro par jour par employé. C’est l’équivalent de payer un café par jour à ses équipes ! Et les gains sont directement mesurables. Au-delà du confort, de la convivialité, nos services de conciergerie d’entreprise font en moyenne gagner entre une demie-heure et trois quart d’heure par semaine à ses utilisateurs, et réduisent le micro-absentéisme. Pour à peine le prix d’un café !

Est-ce que cette activité rejaillit au-delà de l’immeuble ?

Olivier Villeneuve : Nous avions réalisé une étude sur l’impact de nos espaces en pieds d’immeubles tertiaires sur les quartiers, et celui-ci est très bénéfique : en moyenne, on observe une hausse du chiffre d’affaires  moyen généré par les commerçants alentours de trois à quatre mille euros par mois. Chaque projet Week’in a donc un impact économique à l’intérieur mais aussi à l’extérieur, avec une vraie empreinte sur le quartier

Au-delà des services, la part d’aménagement est évidemment importante ?

Olivier Villeneuve : Oui, particulièrement lorsque des entreprises sont déjà installées, on travaille la revalorisation d’un lieu existant, au travers de son identité visuelle. Week’in a la faculté à repenser les espaces pour les rendre plus fonctionnels voire hybrides. Les espaces sont repensés en fonction des nouveaux usages. Nous travaillons avec les locataires sur leurs besoins, les attentes de leurs collaborateurs, les spécificités du lieu, les nouveaux espaces à imaginer… Nous sommes force de proposition sur la programmation événementielle, les nouveaux lieux de convivialité pour les réaliser, avec les conceptions graphiques de nos architectes. En fonction des arbitrages des propriétaires, on entre dans une phase de mise en route de nos services : quels sont les moyens nécessaires, et bien sûr, les travaux…

Une fois sur place, quel est le rôle des Week’in managers ?

Olivier Villeneuve : Les Week’in managers, sont les interlocuteurs des locataires afin d’opérer nos services. Ces derniers repensent l’accueil en proposant une hospitalité augmentée aux occupants comme aux visiteurs. Nos équipes sont à même d’assurer des missions d’accueil en appliquant les codes de l’hôtellerie, d’opérer des services de conciergerie d’entreprise, de réaliser des missions d’animation, de créer une programmation événementielle, d’assurer les fonctions de Community manager. Notre offre est aussi digitale , avec des  solutions d’e-desk, un club digital, une application mobile sur mesure et dédiée au domaine tertiaire. Ils sont ambassadeurs de l’offre et garants de la qualité de service et de la satisfaction clients.

Fiche d'identité

Week’in

  • https://www.weekin.fr
  • Services : conciergerie, aménagement, animation, community management. 280 000 mètres carrés opérés en France, 15 immeubles en exploitation, plus de 70 000 salariés utilsiateurs de nos services de conciergerie en France. 120 sites en exploitation pour nos services de conciergerie. 70 collaborateurs, créée en 2008.

A lire également