Régine Engström : « Reconstruire la ville sur la ville en respectant l’environnement, c’est notre quotidien »

17/12/2020

rse-bas-carbone-nexity-montreuil

lecture 5 min

Directrice des Partenariats et de la RSE de Nexity, Régine Engström est aux premières loges de l’ambition du Groupe de viser à la décarbonisation de l’immobilier. Pour Regards Croisés, elle revient sur les conséquences de la crise du Covid, l’intérêt grandissant pour la construction bois et les projets emblématiques de la Porte de Montreuil ou du village des Athlètes.

Le Covid-19 a mis en lumière les attentes des Français en matière de bureau et de logement : comment la stratégie RSE de Nexity a-t-elle été impactée par la pandémie ?
Régine Engström : La crise du Covid a agi comme un accélérateur de tendances et si elle n’a pas eu d’incidence directe sur notre politique environnementale vu le niveau déjà élevé de nos engagements, elle nous incite plus que jamais à mettre l’humain au cœur de tout en pensant nos actions prioritairement comme créatrices de lien social et en considérant avec plus d’attention encore les impacts des constructions et services en matière de santé-environnement. La pandémie nous a ainsi conduit à « prioriser » les attentes diversement exprimées par les habitants, et en particulier l’importance de la qualité de vie chez soi comme au bureau, avec par exemple l’importance de la végétalisation et de la possibilité d’accès à un extérieur.


Lire aussi:


Vous avez livré le plus haut immeuble de bureaux en bois de France à Nice, labellisé E3C2 : quelle est la place du bois dans la stratégie de Nexity ?
Régine Engström : Le Palazzo Méridia de Nice, qui abrite un de nos sièges régionaux, illustre parfaitement l’engagement précité, conjugué à une ambition carbone élevée puisque c’est le premier bâtiment tertiaire à atteindre cette performance environnementale en France, et qui plus est, avec une architecture splendide de Marc Lehmann d’Architecture Studio. Il a d’ailleurs obtenu le trophée Fibois « prix régional de la construction bois » dans la catégorie « travailler, accueillir ». Nexity est le premier promoteur bois, nous concevons des immeubles en structure bois depuis 10 ans (avec 120.000m² de bureaux bois livrés depuis 2011 mais aussi plus de 900 logements l’an passé), et notre objectif est de livrer un tiers de nos immeubles tertiaires en bois dès 2021. D’ailleurs, la nouvelle réglementation thermique à venir, la « RE2020 », qui vise à réduire l’impact carbone du bâtiment, met l’accent sur les matériaux biosourcés et nous conforte dans cette ambition. Mais nous ne nous arrêtons pas là et mettons en œuvre une approche globale pour mieux préparer l’objectif que la France s’est fixé du zéro impact carbone à l’horizon 2050 que la France s’est fixé. Ainsi, Porte de Montreuil par exemple, nous anticipons les enjeux du changement climatique avec un projet zéro carbone global prenant en compte à la fois les impacts de la construction, des énergies consommées et de la mobilité générée. Si le bois constitue un matériau intéressant, il y a encore bien d’autres aspects à considérer pour progresser encore et toujours comme les modalités de construction par exemple. On peut en effet évoquer des hypothèses d’avenir comme l’industrialisation de la construction bois, et d’autres modes d’architecture dictés par une évolution des procédés constructifs. Enfin, le champ d’exploration et de pénétration potentiel concernant les matériaux biosourcés en général et le bois en particulier est très important car le marché français est historiquement et reste majoritairement un marché privilégiant la construction béton.

regine engstrom rse nexity
Régine Engström, directrice des Partenariats et de la RSE de Nexity

Quel est l’impact social du recours à ces matériaux plus durables ?
Régine Engström : L’engagement sociétal de Nexity porte aussi sur la vitalisation des territoires. Ainsi chaque emploi Nexity correspond à 11 emplois créés par ailleurs, souvent des emplois locaux. Par ailleurs, 80% de nos partenaires sur les chantiers de construction de logements sont des PME et notre filiale Nexity Partners a développé un réseau de plus de 400 promoteurs locaux, qui a pour mission de susciter des collaborations cohérentes avec les réalités et le besoin d’accompagnement de certains territoires. Bien sûr, lorsque le premier promoteur français s’intéresse à des matériaux biosourcés notamment, cela contribue à donner un signe de visibilité économique à des fournisseurs (et aux producteurs en amont) qui n’en ont pas toujours suffisamment aujourd’hui pour se structurer durablement. Plus généralement, construire à l’avenir plus massivement en bois permettra à la filière de se structurer et de se développer, en offrant ainsi des perspectives à l’industrie française. Si les matériaux biosourcés ouvrent également sur tout un champ d’exploration, privilégier les matériaux de proximité est déjà en soi un pas vers le bas carbone puisque cela nécessite peu de transport tout en assurant un dialogue dans l’espace et dans le temps avec les territoires concernés. A titre d’illustration, le projet de Porte de Montreuil précité nous permet de travailler notamment sur le chanvre et la terre crue en Ile-de-France ce qui peut faire passer un cap à de jeunes filières de construction durable régionales qui pourraient commencer à industrialiser leur production.

« Pour reconstruire la ville sur la ville comme nous le faisons Porte de Montreuil, il est primordial de prendre en compte la spécificité de ce quartier qui constitue une véritable couture territoriale entre Paris et la première couronne »

Effectivement, en remportant le projet « Reinventing cities » Porte de Montreuil à Paris, vous mettez le local et le bas carbone au cœur de votre stratégie : quelles sont vos attentes avec ce quartier ?
Régine Engström : La conjugaison unique de nos métiers de promoteur mais aussi d’aménageur ainsi que notre large palette de services permet une approche globale des territoires en nous intéressant aussi bien à leur histoire qu’à leur sociologie par exemple. Pour reconstruire la ville sur la ville comme nous le faisons Porte de Montreuil, il est primordial de prendre en compte la spécificité de ce quartier qui constitue une véritable couture territoriale entre Paris et la première couronne. C’est un lieu de vie à forte identité qui accueille le célèbre « marché aux Puces »… Pour ancrer la vie de ce quartier dans les années à venir, nous avons proposé de lui donner une résilience particulière, en combinant une variété de solutions : la réversibilité (de bureaux en logements par exemple), l’usage de matériaux locaux (80% sont issus d’Île-de-France), une stratégie adaptée en matière de mix énergétique ou encore une réflexion sur la nature avec la création d’une mini « forêt urbaine » de plus de 300 arbres… Nous voulons montrer qu’il est possible de régénérer la ville en promouvant un autre art de vivre tout en respectant l’environnement.

village olympique nexity
Le lot E du village olympique

Nexity est engagé auprès de SOLIDEO pour la construction du village olympique : qu’y apprenez-vous, et comment allez-vous capitaliser sur ce projet ?
Régine Engström : C’est une vitrine mondiale de la conception urbaine en France. Ma conviction est que le village des Athlètes doit être un démonstrateur du savoir-faire français, notamment en matière de ville durable, ce qui sera le cas pour le secteur que nous avons remporté avec nos partenaires Eiffage, CDC Habitat, EDF et Groupama et un groupement de plus de 50 entreprises françaises impliquées dans la démarche bas carbone et réparties sur l’ensemble du territoire. Nous devons être créatifs et novateurs. Il était donc fondamental d’inclure dans le projet une vision de long terme sur la résilience future de ce quartier, la réutilisation des bâtiments après les Jeux, et d’inclure dès la phase de conception la possibilité d’évolution des usages dans le temps. Nous avons également porté un niveau d’exigence exemplaire sur le plan environnemental, avec un mode constructif économe mixant bois et béton bas carbone mis en œuvre par Eiffage, qui se traduira par une empreinte carbone 75% moins importante que celle de Londres en 2012 : le bois sera 100% français tant en termes d’approvisionnement que de transformation. Des panneaux solaires sur la toiture alimenteront en partie les logements du village en énergie, et au rayon des innovations, une technologie de stockage par batteries zinc-air, non polluante et recyclable à 100% (une première en Europe) développée par EDF sera mise en œuvre. Le village des Athlètes sera un vrai laboratoire de la ville de demain !

« Nous avons également prévu dans les bâtiments des espaces conviviaux inédits pour faciliter la vie commune, comme des cuisines partagées ou des terrains de basket en toiture entre autres »

En 2025, quel sera le quotidien des habitants de ce quartier ?
Régine Engström : La construction de ce quartier se projette autant dans l’accueil des athlètes en 2024 que dans la vie des futurs Audoniens qui l’habiteront ensuite. Ce village deviendra ainsi un quartier qui prolongera l’histoire de Saint Ouen et de Plaine Commune à travers les jardins maraîchers ou encore l’artisanat des Puces. La qualité de vie y sera marquée, je pense et je l’espère (!), par l’attention soignée que nous avons donnée au paysage, en accompagnement des architectures singulières imaginées dans le plan guide de l’agence Dominique Perrault, comme en témoigne les exigences du label « Biodivercity » qui seront atteintes sur l’ensemble du programme. Il y aura de la végétation du sol aux toitures, et un quart de pleine terre plantée, ce qui est considérable pour un projet en zone hyperdense. Le quartier a été pensé pour que le « vivre ensemble » de demain soit équilibré : il accueillera en rez-de-chaussée 1.400m² de locaux d’activité dédiés à la formation et à l’entrepreneuriat, des commerces et des restaurants. Nous avons également prévu dans les bâtiments des espaces conviviaux inédits pour faciliter la vie commune, comme des cuisines partagées ou des terrains de basket en toiture entre autres. C’est une autre déclinaison de solutions que nous mettons en place par exemple dans les résidences multigénérationnelles « Complicity » où l’animation de la vie dans l’immeuble est un enjeu partagé avec la communauté en collaboration avec des associations. Le but recherché est véritablement que les gens se rencontrent dedans ou dehors, pour un quartier qui sera fort de l’histoire des 2ème Jeux Olympiques de Paris. Le tout à taille humaine et adapté à la vie ensemble dans les décennies qui suivront.