Quand les commerces redonnent des couleurs à la ville

05/03/2021

Entre évolutions des modes de consommation et défi de l’attractivité, les villes portent plus que jamais une attention particulière à la réponse commerciale de leurs quartiers futurs. Des acteurs s’organisent pour y répondre.

commerces centres-villes

lecture 3 min

La ville est un ensemble vivant, qui évolue au gré des modes de consommation des citoyens. La prise de conscience écologique, les attentes en matière d’économie sociale et solidaire, le besoin de circuits plus courts, ont fait bouger les mentalités, et par conséquent les offres de commerce. Les grandes chaînes existantes s’adaptent et jouent plus que jamais la proximité. Auchan lance des drives piétons de 100 m2, le groupe Casino prévoit l’ouverture de 300 nouveaux points de vente très locaux (Monoprix, Naturalia, Franprix…).

En parallèle, de nouveaux acteurs émergent, favorisant un commerce de plus en plus productif et localement circulaire ; Fabriquer, maintenir, réparer, au coin de sa rue, son vélo ou sa robe.  Apprendre à utiliser ses mains pour autre chose qu’une saisie sur clavier (les ateliers DIY en menuiserie, cuisine, jardinage…). Autant d’alternatives pour créer du lien. Ces tendances sont observées et encouragées par les collectivités locales. Une réflexion pour les cœurs, (mais aussi les entrées) de ville et les nouvelles centralités d’agglomérations moyennes de plus en plus multipolaires. Réflexion, notamment menée par l’état au sein du plan « Action cœur de ville » conduit aujourd’hui dans 222 communes. Bien sûr, ces collectivités ne veulent plus d’une approche trop facilement ancrée sur les logiques d’hier.


Lire aussi :


 

Collectivités locales, quelle « stratégie commerce » ?

Les élus expriment, notamment à travers les appels à projets, combien la « stratégie commerce » d’une ville est vitale. Elle doit constituer le poumon des nouveaux espaces attendus par les citoyens, même si la surface « commerce » est très inférieure à la part résidentielle. « Un emplacement commercial vide est plus visible qu’un appartement en étage sans occupant, note Stéphane Cremel, Directeur Général de Nexity Retail. Dans un projet, la dimension commerce va être scrutée attentivement par les collectivités locales en attente de solutions très concrètes ». Nexity Retail, c’est la création récente du Groupe Nexity. Une structure d’Asset Management qui regroupe, en un guichet unique, tous ses savoir-faire en matière de commerces : « Nexity Retail répond à une ambition générale du groupe. Nous souhaitons développer une offre de service entre plusieurs filiales qui, toutes, touchent de près ou de loin au commerce. L’idée est notamment de tirer le maximum de valeur de nos pieds d’immeubles, indique Stephane Crémel ». Une structure qui a pour vocation de faire le lien et de créer des synergies entre les compétences de Nexity Résidentiel, Nexity Property Management, Bureaux et Commerces, SIP (Services aux particuliers), et Accessite, pure player du retail, qui a rejoint le groupe il y a 2 ans.

Un engagement utile et porteur de sens

Nexity a commencé à contribuer à l’édification de cette ville de demain, plus inclusive, notamment au travers du projet du Village des Athlètes. La venue d’enseignes telles que la Textilerie (qui dispense des cours de coutures écoresponsables), la Recyclerie ou Simplon, illustrent l’intérêt porté à un commerce urbain repensé. Mais Nexity Retail va plus loin et prend des engagements plus profonds. Jusqu’à maintenant, un promoteur pouvait proposer aux élus telle ou telle activité en pied d’immeuble, mais une fois le lot vendu à un investisseur avant la livraison du programme, celui-ci pouvait modifier la destination prévue. L’ambition de Nexity Retail est d’assurer la première mise en location en respectant la destination commerciale initialement présentée. « C’est une démarche de prise de responsabilité, l’assurance d’un premier regard pour les collectivités. Cet engagement assure une sorte de lien entre promotion, commercialisation et gestion. On va jusqu’au bout du process avec eux », détaille Stéphane Crémel. Conçu comme un fond de valorisation, Nexity Retail se veut une structure outillée pour prendre en charge les premiers temps d’une commercialisation de pieds d’immeuble, puis la gestion de ceux-ci, avec toutes les compétences réunies en une seule entité.  Les enseignes y trouveront, elles aussi, un interlocuteur unique et qualifié pour échanger sur l’équilibre commerce/résidentiel/tertiaire de leurs parcs existants. Un pari à suivre.