Quand l’immobilier fait appel à des philosophes ou des neuroscientifiques

10/11/2020

offre batisseurs bosons © Copyright The Boson Project

lecture 4 min

Rénovation, modularité, réversibilité… les projets immobiliers qui sortent de terre aujourd’hui ont tous en commun cette exigence du temps long. Pour penser les usages de demain et conseiller les projets immobiliers de ses clients, The Boson Project élargit ses horizons de réflexion.

« Intégrer le futur des usages au cœur des projets immobiliers »

Pour parvenir à répondre à cet enjeu stratégique auquel sont confrontés « les bâtisseurs » (promoteurs, investisseurs ou acteurs publics territoriaux), The Boson Project voit large, et convoque un large panel d’expertises complémentaires en fonction des besoins du projet, qu’elles soient issues des sciences humaines, économiques, politiques et sociales, qu’il s’agisse d’anthropologie, de psychologie, de philosophie, de sociologie ou d’urbanisme. Le but : guider ses clients dans la proposition de réponses immobilières qui répondent aux nouveaux usages, comme à ceux qui restent encore à inventer. « Au moment d’imaginer un projet, les bâtisseurs doivent se mettre dans la peau de leurs petits-enfants. Mais ça, c’est difficile à faire sans une expertise beaucoup plus large que celle de l’immobilier », explique Emmanuelle Duez, fondatrice de The Boson Project.


Lire aussi :


 

Tristan du Vignaux, Directeur du Développement, Nexity Immobilier d’Entreprise témoigne de cet accompagnement complet : « avec leurs profils riches et variés de sociologues, de philosophes, d’anthropologues, les Bosons nous ont permis d’appréhender notre problématique de manière inédite. »

Emmanuelle Duez l’illustre d’un exemple : « pour un projet sur lequel il fallait imaginer le futur du CDI (Centre de documentation et d’informations) nous avons fait travailler ensemble un philosophe, un spécialiste en urbanisme et en géographie et un professeur ».

La présence de ce dernier était indispensable, les enseignements théoriques et prospectivistes d’experts et de chercheurs sur un projet immobilier étant complétés par une compréhension la plus fine possible des utilisations et besoins concrets des usagers. « La démarche est ainsi construite à partir de la parfaite connaissance du client, de la meilleure compréhension de ses enjeux et de ses attentes pour s’interroger sur le sens à donner à la proposition spatiale, architecturale et technique en résultant », poursuit Tristan du Vignaux.

« With great power comes great responsibility »

Une justesse dans la compréhension des enjeux et des besoins qui se révèle plus que nécessaire pour bâtir utile et durable : « le projet se doit d’être la traduction de cette compréhension du futur des usages. Aujourd’hui, on ne peut plus se permettre de construire tous les 10 ou 20 ans ! », explique Emmanuelle Duez. Car comme le disait Le Corbusier, « en urbanisme, quand on a fait des bêtises, ça dure 100 ans ». La raison d’être de The Boson Project, c’est d’accompagner la prise de conscience et la responsabilité des bâtisseurs dans le façonnage de l’avenir.  

D’ailleurs, l’analyse exhaustive et l’identification des enjeux auxquels doit répondre le projet immobilier sont prolongées d’un accompagnement sur la traduction spatiale de ces enseignements dans le design de la proposition architecturale. Lors des réponses à appel d’offre, The Boson Project se fait le garant et le gardien de l’alignement du projet avec les problématiques humaines et environnementales identifiées en amont, et ce aux différentes étapes de formalisation. La société de conseil coach l’équipe projet afin que les convictions et la vision du projet formulées en amont soient effectives et trouvent une traduction concrète dans tous les aspects de la réponse. Fixer les partis pris, en décliner des engagements et des choix immobiliers réfléchis et cohérents, qu’ils soient architecturaux, paysagers, de l’ordre de l’aménagement ou de la gestion donc.

Et pour garantir la concrétisation de l’ensemble des recommandations, The Boson Project peut aider à mettre en place des mécanismes de gouvernance et de surveillance sur-mesure, pouvant inclure l’usage final, afin d’engager les parties-prenantes sur toute la durée du projet.

Si le savoir-faire est une chose, le faire savoir en est une autre

Dans le cadre de réponses à appel d’offre, The Boson Project propose une dernière étape clé : mettre la forme au service du fond. Pour cela, les Bosons accompagnent le groupement dans la formalisation de ses convictions et engagements et dans leur mise en valeur, tant à l’écrit dans le dossier que pendant la soutenance orale, pour que « l’histoire sonne le plus juste possible ». Le savoir-faire est une chose, le faire savoir en est une autre : la préparation du dossier de réponse et de l’oral sont des étapes au moins aussi décisives que la conception du projet. Construction du pitch, coaching à la prise de parole avec des comédiens, identité visuelle du projet, ligne éditoriale et éléments de langage… tous les ingrédients sont présents pour permettre un rendu à la hauteur des ambitions du groupement, pour permettre un alignement parfait depuis la formulation du besoin jusqu’à la présentation du projet immobilier dans toute sa singularité.

Et Emmanuelle Duez de conclure : « Capturer le futur des usages, impacter la proposition de valeur et la mettre en forme nous permet d’aider les responsables projets de nos clients de manière très agile lors des phases de réponse à appels d’offres. C’était déjà le cas avant la crise du Covid-19 mais aujourd’hui, il est devenu évident pour tout le monde que le futur du travail, de la ville et de la société est à la croisée d’un rapport au temps, à l’espace et à l’autre qui s’est vu transformé ».